Jean-Noël Christment, lauréat du prix poésie 2008 du 10ème salon du Livre insulaire d’Ouessant

Ecrire

 

« Ecrire, disait Diderot à Sophie Volland, c’est l’art d’allonger les bras ». Sans doute, oui, d’amplifier notre prise sur le monde, d’élargir notre champ de préhension sur un monde qui nous échappe dans sa plus grande part. Une façon plus ample aussi de respirer, et plus aérée d’aller vers un sens. Et pour les plus insatisfaits, un autre sens que vivre. Mais en même temps un sens déployé ailleurs que dans l’écriture. Car le sens d’écrire n’est jamais atteint. Dès le premier mot, est-ce que je n’écris pas, ensuite, pour savoir la raison de le faire ? Vouloir saisir la raison dérobée de le faire, il y a cela, inclus, dans le geste. Cela contient très vite cette curiosité. Au départ, avant cette curiosité et cette volonté, ce que c’est, écrire, nous est improbable. Et au fond, n’est-ce pas avant tout cette volonté et cette curiosité ?

 

 

Jean-Noël Chrisment

 

 

 

 

 

Copyright © 2015 jnchrisment.net.

All Rights Reserved.